• Accueil
  • > Archives pour octobre 2008

Archives pour octobre 2008

C’était un appartement ancien, pas un dôjo. Un grand vestibule qui comportait deux pièces sur la droite : une grande, vide de meubles, moquettée, c’était le lieu de méditation ; l’autre, minuscule, avec seulement la place pour deux sièges avec un espace entre les deux, c’était la salle d’attente.

En face ce de la porte d’entrée, une porte sur la droite donnait sur une pièce de  grandeur moyenne, une chambre d’amis, très peu meublée : le vestiaire des dames lors des méditations. A sa gauche, une chambre plus petite, avec le strict nécessaire, qui tenait lieu de bureau. Sur le côté gauche du vestibule, du fonctionnel : un WC, une minuscule cuisine (le vestiaire des messieurs), et une salle de bain tout aussi minuscule.  La seule pièce d’habitation était donc la chambre-bureau. Le reste était voué à la méditation. La plus grande pièce qui tenait lieu de zendo n’était décorée, sur ses murs que de quelques photos d’Ikebanas, récupérées sur des calendriers des années passées. Dans l’angle, à droite de l’entrée, un vase haut et fin où étaient toujours placées quelques fleurs fraîches à longues tiges, souvent apportées par des disciples quand ce n’était pas par le Maître lui-même. Tout à coté se trouvait un porte-encens avec quelques bâtonnets. Au centre de la pièce des zafus, coussins ronds ou carrés, marrons, jaunes, oranges, étaient disposés en cercle. Ils avaient été confectionnés par une disciple dans un tissu d’ameublement extrêmement solide, et garnis de kapok et de crin de cheval.  La pièce contiguë, étroite comme un couloir – la « salle d’attente », permettait d’accueillir les nouveaux venus qui n’avaient pas pris de rendez-vous au préalable. Dès que la méditation avait commencé, le Maître rejoignait le nouvel adepte et lui enseignait les bases de la posture correcte, ainsi que l’esprit de la pratique. A la question presque inévitable : « Quel ouvrage faut-il lire ? », la réponse était toujours : « Rien ! Vous verrez plus tard ! »   Le Maître le laissait là, face à lui-même, jusqu’à l’interruption de la première période de  zazen et l’invitait alors à venir pratiquer le kin-hin, la marche méditative. Bien souvent, nous n’avons jamais vu le visage de ces apprentis qui se lassaient de l’attente et claquaient la porte avant l’introduction promise. Ainsi va le zen ! 

Les retardataires subissaient le même sort, même s’ils étaient pratiquants chevronnés. Mais ceux-là ne s’enfuyaient pas ! Et puis, ce cas de figure était rarissime.

A ceux qui voulaient utiliser le temps de méditation pour une autre pratique que le zen : prière, récitation de mantras, visualisations, le Maître disait : « Partez ! Vous n’avez rien à faire ici ! Le zen, c’est zazen et rien d’autre ! Zazen, c’est de la biscotte sèche, sans beurre, ni confiture ! » 

pour ceux qui ne disposeraient pas d’XP 

Le passage de la souris sur certaines photos laisse apparaître un petit texte. Mais il s’avère que cela ne fonctionne pas avec certains systèmes d’exploitation. Voici donc du rattrapage, pour ceux qui ne disposeraient des outils nécessaires (notamment XP)…

   Rubrique lignage : paroles de Maîtres   

Photo de Kôdô Sawaki :  » Si tu flanques à la porte tes illusions, tu es au centre même de zazen ! Le problème n’est pas d’avoir ou de ne pas avoir la nature de Bouddha. Quand tu fais zazen, ton corps entier est zazen. » 

Photo de Kôshô Uchiyama :  » S’éveiller est ici : laisser tomber somnolence et pensées concrètes pour faire la réalité zazen avec chair et os ! «  

Photo de François Viallet :  » Etre assis en immergence se manifeste partout.  Le principal est de porter à la clarté notre vraie nature. Je dois bâtir ma vie quotidienne, tout en la risquant à chaque instant. Il faut risquer sa peau ! «  

Photo de Maurice Suère :  » Zazen est sans fioriture. C’est de la biscotte sèche, sans beurre ni confiture ! « 

Chaque pensée est un écho de vos entrailles. Quelle puanteur ! Qu’elle s’en aille !

bibliographie

 

attention ! le véritable enseignement n'est qu'en dehors des écritures

vous trouverez ici une bibliographie généraliste, mais non exhaustive, sur diverses voies de recherche, y compris le zen … bien, sûr !

Le fichier contient des liens entre ses diverses pages et donc des macros :    ne vous inquiétez donc pas du messsage d’avertissement à l’ouverture et ouvrez le fichier sans crainte.

de mon coeur à ton coeur

 bibliographie.xls   

english

        go through the bucket               ZEN MEDITATION   

Schedule : Every Monday : 6:15 p.m. – 8:00 p.m.

spirit of the teaching :

Zen Meditation or Zazen consists in the practice of a quiet sitting. Thanks to an every-moment-let-go, the mental images which veil the true nature of one’s inner being, fade and make way for the very essence of Reality. Stemming from Chinese, then Japanese Buddhism, Zazen does not purport to a philosophical, religious, mystical or ethical system. It is a path for awakening oneself to one’s core-reality. The method transmitted here belongs to the Sôtô, which is one of the two main branches of Zen, as taught by Master Kôsho Uchiyama who wanted to cleanse the practice from all ritualistic or religious superfluity. He emphasised the fundamental importance and correctness of the meditative posture.

practical clauses :

The 90 min. session is divided into sequences of a sitting posture (zazen) and a walking meditation (kinhin). It is concluded by a few minutes speech or a mutual debriefing.

Those participating are asked to be punctual. Indeed they are not admitted after the start of the session in order to avoid disturbing the meditation under way. However, those who might wish to take a break before the end of the session may do so while the walking meditation is in progress.

Please note : For an initial practice, please call the +336 71 74 91 86, Tuesday through Friday to make an appointment (if necessary leave a message on the answering machine to be called back).

dress : Comfortable, plain clothes (warm enough for winter) or the traditional Japanese Kolomo.

 

© Meditation Group in Marseille

Image de prévisualisation YouTube

español

      cruzar el fondo del cubo                   MEDITACIÓN ZEN   

Horarios: Lunes de 18.30 a 20 Hs.

sentido de la enseñanza :

La meditación Zen o Zazen consiste en una práctica silenciosa en postura de sentado. Gracias al « desapego » en cada instante las imágenes mentales que ocultan la propia naturaleza de nuestro ser se desvanecen para dejar lugar a la verdadera esencia de la Realidad. Proveniente del Budismo chino, luego japonés, el Zazen, sin embargo, no tiene por objetivo aportar una filosofía, una religión, una moral o una mística. Es un camino de despertar a la realidad de cada uno.

El método que se enseña aquí pertenece al Zen Sôtô, una de las dos principales ramas del Zen, en el pensamiento del Maestro Kôsho Uchiyama que la ha desprovisto de todo vestigio de ritual religioso insistiendo sobre la importancia de la práctica correcta de la postura de meditación.

modalidad de la práctica :

La sesión dura 1.30 H. y se divide en secuencias de postura de sentado (zazen) y meditación caminando (kinhin), terminando por algunos minutos reservados a preguntas y respuestas. La puntualidad es imperativamente exigida para no molestar los otros practicantes. Sin embargo, las personas que quieran retirarse antes de finalizar la sesión pueden hacerlo durante los cambios de secuencias.

ImportantePor una primera sesión se pide tomar cita por teléfono al : 33 (0)6 71 74 91 86, de martes a viernes (en caso de ausencia dejar un mensaje en el contestador para ser recontactado ulteriormente).

vestimenta :   Llevar ropa amplia, de un color uniforme (y suficientemente abrigada en el invierno) o el Kolomo japonés tradicional.

 

© Grupo de Meditación Zen de Marseille

deutsch

            den Grund des Eimers durchschreiten                  ZEN MEDITATION

Öffnungszeit : montags 18 Uhr 30 bis 20 Uhr

Geist der Lehre :

Zen-Meditation oder Zazen besteht in dem Üben von stillem Dasitzen. Dank dem Losslassen eines jeden Augenblicks verschwinden die Gedanken-Bilder, die die wahre Natur unseres Seins verbergen, um dem Wesen selbst der Wirklichkeit Platz zu machen. Zazen, das sich aus dem chinesischen, dann japanischen Buddhismus heraus entwickelte, hat jedoch nicht zum Ziel, eine Philosophie, eine Religion, eine Moral oder eine Mystik zu bringen. Es ist ein Weg, die Grundwirklichkeit eines Jeden wahrzunehmen.Die hier gelehrte Methode gehört zum Sôtô-Zen, einer der beiden Hauptzweige des Zen, im Geist des Meisters Kôsho Uchiyama, der sie von all dem rituell oder religiös Unnützen gereignigt und dabei nachdrücklich auf die Bedeutung und das korreckte Üben der Meditationshaltung verwiesen hat.

praktische Hinweise :

Die Sitzung, die 1 ½ Stunde dauert, ist in Sequenzen aufgeteilt, Sitzmeditation (zazen), Gehmeditation (kinhin), und vor dem Ende werden einige Minuten lang Fragen gestellt und Antworten gegeben. Die Teilnehmer werden dringend gebeten, pünklich zu sein : tatsächlich können sie nach Beginn der Sitzung nicht zugelassen werden, um die andere Teilnehmer nicht zu stören. Die Personen jedoch, die sich kurz entfernen oder vor dem Ende gehen möchten, können dies während der Zwischenphase der Gehmeditation.

      wichtig :      Für eine erste Sitzung einen Termin festlegen über die Rufnummer     + 336 71 74 91 86, dienstags bis freitags (falls Anrufbeantworter, Nachricht hinterlassen für Rückruf).

Kleidung : ein weites, einfarbiges Kleidungstück (warm genug für den Winter) oder traditionnellen japanischen Kolomo.

 

© Meditationsgruppe von Marseille

português

        atravesse o fundo do balde             MEDITAÇÃO ZEN                    atravesse o fundo do balde

Horários: Segundas-feiras de 18:30h às 20:00h

espírito do ensinamento :

A meditação zen ou Zazen consiste na prática de um assentamento silencioso. Graças a uma « soltura » em cada instante as imagens mentais que ocultam a verdadeira e própria natureza do nosso ser se dissipam dando lugar à essência da Realidade em si mesma. Originária do budismo chinês, depois do japonês, Zazen não tem contudo o objetivo de impor uma filosofia, uma religião, uma moral ou um misticismo. Ela é um caminho para despertar à realidade fundamental de cada um.

O método aqui ensinado pertence a Zen Sôto, uma das principais correntes do Zen, que segue a linha do Mestre Kôsho Uchiyama que o purificou de todo o supérfluo ritualizado e religioso, dando enfoque à prática correta da postura na meditação.

modalidades práticas :

A sessão tem duração de 1:30 h e é dividida em seqüências de postura sentada (zazen) e de marcha meditativa (kinhin), terminando com uma conversa ou um passe de perguntas e respostas nos minutos finais. É importante que os participantes sejam pontuais: na verdade não será permitido o acesso após o começo da sessão, tal procedimento visa a não prejudicar os demais participantes. Entretanto, todos aqueles que queiram se ausentar ou sair antes do término da sessão poderão fazê-lo no intervalo da caminhada.

Importante : Para marcar a primeira aula, telefone: +33 (0)6 71 74 91 86, de terça a sexta-feira (no caso de ser atendido pela secretária eletrônica, deixe seus dados, retornarei o telefonema).

roupa : Ela deve ser folgada e de uma única cor (suficientemente quente para o inverno) ou o Kolomo japonês tradicional.

 

© Grupo de Meditação Zen de Marseille

immergence – vacuité – action

Le terme de méditation pour désigner  zazen est une facilité de langage, mais n’est pas tout à fait juste. Uchiyama Roshi et son disciple occidental (et traducteur) François Viallet préféraient la notion d’immergence.

Car zazen pourrait être comparé au naufrage du petit moi, permettant ainsi l’émergence de la véritable nature. Ce ressourcement n’est pas conditionné par des artifices culturels, sociaux ou éducatifs. Dans sa vraie nature, l’être est nu. Il ne repose sur rien d’extérieur à lui-même. Son équilibre ne dépend pas de son environnement, êtres ou objets extérieurs. La vraie nature, toujours présente, n’apparaît cependant que lorsque l’être s’est vidé de ce qui ne lui appartient pas en propre : il révèle alors sa richesse profonde et innée.

Lorsque l’équilibre ne dépend pas de conditions extérieures, mais du fond de l’être même, l’énergie de vie, potentiellement présente, peut alors librement s’exprimer dans l’action. Les activités entreprises ne sont plus troublées par des événements contingents, car la racine même de l’action est profondément ancrée dans l’être qui n’est plus séparé des objets extérieurs.

Ce ne sont pas alors des activités aléatoires qui épanouissent l’être : c’est l’être épanoui dans sa vraie nature qui s’exprime par des activités diverses. Ainsi le vide n’est pas néant, mais vacuité qui ouvre toutes les portes à l’expression de l’énergie vitale.

Paroles : 

Les pensées se suivent sans cesse ; l’une est passée, l’autre passe, une autre arrive encore : elles s’enchaînent sans jamais s’arrêter, mais si un seul instant, cette chaîne se brise, votre corps absolu s’éloigne immédiatement de votre corps de chair et, dans la succession des instants ultérieurs, aucune pensée ne peut plus se fixer sur le moindre phénomène… La pensée qui d’instant en instant, ne s’arrête sur le moindre phénomène est libre de tout lien… Ne pas souiller les objets, voilà le sans pensée. Se détacher des objets dans sa propre pensée sans produire d’autres pensées sur les phénomènes, c’est, sans le moindre jugement, abolir la pensée.

Hui-neng (Enô), VIème Patriarche du Chan

Où trouverait-on de la poussière ?

 

Quoique dans l’éveil la pensée et ses objets apparaissent et disparaissent au sein de la quiétude, comme il s’agit là d’un domaine qui se suffit à lui-même, ils ne dérangent pas une apparence.

Dôgen, Ier Patriarche du Zen Sôtô

 

© Groupe de Méditation Zen de Marseille

le bâton d’éveil

kyôsaku : l’utilisation du bâton d’éveil

Le maître zen contrôle les exercitants et corrige le zazen mal exécuté. Il porte un bâton de bois, plat à l’une des extrémités, le « kyôsaku », qui sert à la correction du zazen et avec lequel il donne, à l’occasion, un ou deux coups sur les muscles de la nuque, à droite et à gauche du cou. Ce n’est pas un châtiment ou une humiliation, mais un encouragement ou une libération. Les muscles atteints sont des endroits importants pour l’acupuncture, où une cinquantaine de nerfs se rencontrent.

Le mot « kyôsaku » est composé de « kyô » = attention, et « saku » = bâton. Le coup donné avec « le bâton destiné à réveiller l’attention » contribue à la concentration de l’exercitant : lors d’un accès de fatigue, d’une distraction, d’un mouvement de nervosité. Il est important que celui qui donne le coup et que celui qui le reçoit harmonisent leurs gestes ; tous deux doivent expirer pendant le coup ; naturellement, le visage de l’exercitant se détourne chaque fois de l’épaule frappée ; les muscles de cette épaule se tendent et le coup est plus efficace.

Le maître touche d’abord légèrement l’épaule de l’adepte. Celui-ci s’incline en faisant gasshô [NdW :* salutation inclinée vers l’avant, les mains étant élevées et jointes au niveau du front ] et penche sa tête, en premier à gauche, puis à droite, pour libérer les épaules. (Il est conseillé de ne porter aucun collier pendant le zazen, puisqu’il pourrait être brisé par le coup).

Après avoir reçu les coups, l’exercitant s’incline encore une fois ; il fait également la révérence et lève les mains jointes, lorsqu’il souhaite recevoir le kyôsaku. On ne doit manifester pareil désir, que si on en sent la nécessité : le kyôsaku est un traitement médicinal et non un passe-temps.

 

Extraits de « L’Appel au Zen » de F. A. VIALLET. (Inédit)

*Note du Blogmaster.

 

© Groupe de Méditation Zen de Marseille

12


Les utilitaires pour les ét... |
brigitteasselineau |
ADOPS28 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sophrologierelaxationmillep...
| Au coeur de la fibromyalgie
| Koz ek moin