la bonne posture

la position du corps

La juste position du corps est extrêmement importante pour l’accomplissement d’un exercice zazen doté de toute sa signification. Le haut du corps doit être tenu tout à fait droit, mais de telle sorte que le centre de gravité de qui est assis soit placé dans le bas-ventre (hara), sous le nombril. Il est important de rester naturellement dans cette attitude, et de ne faire naître aucune tension artificielle, aucune contracture musculaire. Il y a, de ce point de vue, de nombreuses attitudes défectueuses, qui enlèvent au zazen sa signification. L’une d’elle consiste dans une posture rigide qui courbe la colonne vertébrale en arrière, d’une manière qui n’est pas naturelle : la position des genoux est à l’origine de ce défaut, ou bien on s’est assis trop en arrière ; parfois, c’est le coussin qui n’est pas assez épais.

Il est un deuxième défaut, particulièrement courant chez les femmes, la courbure vers l’arrière de la partie basse de la colonne vertébrale est trop forte. Vue superficiellement, la position paraît correcte, cependant de cuisantes douleurs se font bientôt sentir, tandis qu’on ne ressent aucune sorte de malaise après l’exercice, lorsque la posture a été juste.

L’erreur la plus courante au cours de la posture est un dos penché en avant ; l’épine dorsale se courbe, le poids du corps est mal réparti puisque les genoux ont à en porter la majeure partie ; on a alors des douleurs dans les genoux et dans le dos, puisque les muscles lombaires fatiguent rapidement. Telle qu’on la décrit habituellement dans pareil cas, la posture zazen est insupportable. Le fait de se courber en avant est courant chez l’occidental précisément, comme conséquence de la tenue penchée en avant que nous avons au cours de nombreux travaux professionnels.

En résumé, on peut dire que le maintien du corps en zazen doit être comme celui d’un sapin ; il est nécessaire que la tête soit droite, le menton non pas tendu en avant, mais légèrement rentré ; un menton tendu en avant et dirigé vers le haut, position bien connue du “prenez garde”, exprime l’agressivité et s’oppose donc entièrement au zen. Le menton rentré, la tête ne doit pas pencher de côté, ni s’incliner en avant, mais être tenu très droite ; les épaules tombent naturellement ; le nez et le nombril doivent être sur la même verticale, comme dit Maître DÔGEN ; le bas-ventre est complètement détendu. Toute contracture musculaire et tout raidissement sont à éviter.

Pour conserver la juste posture et la juste respiration, il est nécessaire, au commencement de l’exercice, de s’assurer que le bas-ventre est entièrement dégagé de tout ce qui entraverait son mouvement.

Extraits de « L’Appel au Zen » de F. A. VIALLET. (Inédit)

 

© Groupe de Méditation Zen de Marseille



Les utilitaires pour les ét... |
brigitteasselineau |
ADOPS28 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sophrologierelaxationmillep...
| Au coeur de la fibromyalgie
| Koz ek moin