Mondo_1

Au fond …

Q : Quel est le point fondamental ? Que dois-je retenir ?

- R : Il n’y a justement rien à retenir. Ce qui reste lorsqu’on a tout perdu, dans le zen, c’est la posture. Non une connaissance intellectuelle ou pseudo-spirituelle.

- Q : Il faut arrêter toute activité intellectuelle ? Ne plus penser ? Ne serait-ce pas la mort de l’esprit ?!

R : Justement l’intellect n’est pas l’esprit. Le mental n’est qu’un instrument. Indispensable, bien sûr, et qu’on ne doit pas abandonner. Mais il doit être considéré à sa juste mesure. Le mental est un élément anecdotique par rapport à la totalité de l’Etre. Seul l’Occident lui a donné cette place abusive. Cela influe d’ailleurs, malheureusement, sur les cultures qui laissaient autrefois plus de place à l’imaginaire, au(x) rêve(s), à la sensibilité et surtout à l’intuition. 

Votre question souligne bien un grand paradoxe: comment ne plus penser si l’on pense à ne plus penser ? Le zen appelle cela un kôan, une énigme impossible que seule la pratique méditative bien menée peut dépasser.

- Q : Cela va-t-il me donner une réponse à la question : »Qui suis-je » ?

- R : Cela est hors sujet. En premier lieu, soyez !



Les utilitaires pour les ét... |
brigitteasselineau |
ADOPS28 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | sophrologierelaxationmillep...
| Au coeur de la fibromyalgie
| Koz ek moin